Le Playback théâtre ou Théâtre du Reflet…

Si vous souhaitez nourrir des liens au sein d’une institution, d’un village, d’une entreprise, d’un collectif, d’une association, quoi de mieux que d’écouter les histoires ?

S’étonner de ces histoires personnelles qui ont marqué et façonné les identités et restent présentes dans les mémoires.

Se souvenir et s’émouvoir pour mieux appréhender la diversité des expériences humaines et grandir ensemble vers plus d’humanité.


… Un espace partagé pour honorer avec humour et empathie nos histoires de vie et nourrir nos liens d’humanité.

Qu’est-ce que le playback théâtre ?

Créé en 1975 aux USA par Jonathan Fox et Jo Salas, le playback théâtre est une forme théâtrale publique dans laquelle des spectateurs racontent un moment de leur vie qu’ils souhaitent partager.

L’histoire racontée est alors jouée par des comédiens-improvisateurs accompagnés d’un musicien.  Ils reflètent avec empathie et poésie  le cœur de l’histoire, honorant tout à la fois sa singularité et son universalité.

Cette mise en jeu touche le narrateur mais également le public, réveillant ainsi d’autres histoires qui demandent à sortir du silence. Pas à pas, se tissent alors des liens d’humanité nous rappelant notre puissance comme notre vulnérabilité.

Le playback théâtre existe aujourd’hui dans plus de 60 pays de par le monde et donne lieu régulièrement à des évènements.

A qui s’adresse le playback théâtre ?

Le playback théâtre s’adresse à tous. Les représentations ont lieu devant deux sortes de publics :

  • D’une part, un public qui a des expériences en commun : mères de jeunes enfants, réfugiés, enseignants, femmes, hommes, pieds-noirs, personnes âgées, enfants précoces, membres d’une association, habitants d’un quartier etc. La représentation permet aux participants de tisser des liens d’appartenance et de soutien dans cette communauté et d’apprendre des histoires des autres.
  • D’autre part, un public plus large, plus hétérogène mélangeant les âges, les genres, les visions du monde. La représentation permet à chacun de s’ouvrir à des expériences moins familières, de faire tomber les a-priori et jugements pour mieux appréhender ce que vivent les autres.

Les spectacles sont des moments uniques où les histoires des uns et des autres prennent des chemins inattendus. La représentation est une  création collective tissée à partir des histoires personnelles racontées spontanément les unes à la suite des autres sans anticipation. Le public crée la pièce autant que les comédiens…

Pourquoi inviter les spectateurs à raconter des histoires ?

Depuis toujours, les humains aiment à se raconter des histoires : histoires personnelles, histoires de famille, contes, mythes…

Nancy Hustondans son ouvrage « l’espèce fabulatrice » creuse cette spécificité de l’humanité : le besoin de raconter des histoires pour donner sens à son existence,  construire son identité, clarifier son appartenance.

Qu’est-ce qui fait ma singularité, me différencie ou  me rapproche des autres ? Qui est Je ? Qui est Nous ?

Chaque histoire racontée, qu’elle soit toute fraiche ou extraite des  mémoires de l’enfance nourrit le sentiment d’exister, l’intensité d’être vivant, la joie d’être vu et entendu par les autres.

Serait-ce aussi pour cela que nous nourrissons les conflits ?  Pour nous donner l’occasion d’histoires à raconter, histoires intenses, dramatiques, l’opportunité d’éprouver la sensation d’être vivant au travers de la souffrance et de la tension ?

Pourquoi joue-t-on les histoires racontées ?

Suffit-il qu’une histoire soit racontée pour contribuer au mieux-être de la personne ?  Cette question est au cœur de l’approche de Boris Cyrulnik : les récits de vie sont-ils porteurs de libération ou enferment-ils l’énergie vitale dans les mots ?

Certaines histoires ont été racontées mille et mille fois sans jamais être entendues, devenant alors un carcan enfermant la vie.  D’autres histoires ont tenté d’être dites, se sont heurtées à un mur d’indifférence et d’incompréhension et se sont tapies dans l’ombre, attendant des  jours meilleurs. L’énergie vitale est alors prisonnière et freine la confiance, la créativité et la curiosité.

Par ce qui se donne à jouer, le narrateur a la preuve vivante qu’il est enfin entendu. Le Moi se décrispe, s’ouvre à d’autres Moi et se sent appartenir à un Nous plus large.

Chaque histoire est une facette du kaléidoscope de l’histoire de l’humanité Les histoires résonnent entre elles et deviennent enseignantes pour soi et pour l’humanité.

Comment se déroule une représentation de playback théâtre ?

Pour être en capacité de jouer avec fidélité l’histoire, le facilitateur, les comédiens et le musicien se doivent d’être pleinement disponibles et présents. Ils écoutent  les histoires avec précision : déroulé chronologique,  lieux , espace et temps, émotions, sensations…

Le jeu corporel est privilégié et l’équipe de comédiens et musicien laisse émerger avec écoute et subtilité le chœur de l’histoire, sa dimension singulière et universelle.

La représentation de playback se déroule en 4 temps : création du lien de confiance avec le public, histoires courtes, histoires longues, clôture.

Une séance dure environ 1h30.

Création du lien de confiance avec le public

Créer un lien de confiance avec le public est essentiel pour que les personnes se sentent en sécurité pour partager des histoires de vie : temps musical, présentation sous forme artistique, ludique et engagée de l’équipe et de la forme théâtrale,et  échauffements, questions au public, rituel d’ouverture et de fermeture de la séance.

Histoires courtes

Le facilitateur demande aux spectateurs comment ils se sentent et d’éventuelles anecdotes du jour qui ont joué sur leur humeur. Les comédiens reflètent.

Histoires longues

Le facilitateur invite les participants à partager une histoire de leur vie qui a envie d’être racontée et propose au volontaire de venir s’asseoir à ses côtés devant le public. Le narrateur raconte son histoire, accompagné par les questions du facilitateur. Puis l’histoire est jouée.  Le narrateur partage son ressenti d’avoir vu son histoire jouer puis une autre personne propose une histoire.

Clôture

Pour clôturer,  les comédiens reprennent une phrase de chaque histoire dans une chorégraphie appelée le diamant. Puis le facilitateur invite le public à continuer de dire et d’écouter des histoires avec curiosité et empathie.

Contact : Véronique Guérin : 06 48 06 92 70 – véronique.guerin@etincelle-theatre-forum.com

Nos interventions  sont élaborées en collaboration avec Passeurailes.

Les commentaires sont clos.